Où souhaitez-vous
partager cette page?

Consommation à l'adolescence : dépendance ou expérience?

Arrière-plan

17 mai 2022 Dépendances

Parents

Par Naomie Leblanc

Intervenante

L’adolescence est la période durant laquelle votre enfant sera exposé à de nouvelles expériences. La consommation d’alcool, de drogue ou de jeu ne fait pas exception.

Cette phase d’expérimentation est reliée à la prise de décision et parfois même de risque, ce qui peut être anxiogène pour vous qui devez jongler entre l’autonomie et la mise en place de limites. La majorité des adolescent.e.s vont consommer occasionnellement, notamment lors de festivités entre ami.e.s. Toutefois, il n’est pas à exclure que pour certain.e.s, la consommation peut avoir une importance plus considérable dans leur vie, engendrant d’autres impacts négatifs.

Les signes physiques liés à un problème de consommation

Du point de vue physique, certains signes peuvent être indicateurs d’une consommation régulière, voir problématique.

Changement important au niveau de l’appétit

Il est possible de remarquer soit une perte d’appétit assez marquée, soit une augmentation exagérée de l’appétit. Dans tous les cas, il faut retenir qu’il s’agit d’un écart soudain et important.

Somnolence ou insomnie

La fatigue persistante peut être signe que quelque chose cloche. Il ne s’agit pas que votre adolescent.e soit fatigué.e durant une semaine d’examen ou encore une fin de semaine entre ami.e.s. Il est davantage question de somnolence durant des périodes plus inappropriées, par exemple en cours, souvent causées par des nuits (très) écourtées.

Signes d’intoxication

Il y a également tout signe que nous connaissons relier à la gueule de bois ou encore la rougeur des yeux (cannabis) ainsi que le nez qui coule (inhalant) régulièrement. À moins que votre jeune soit en peine d’amour ou que ce soit le temps des allergies, il faut rester à l’affût de ces signes sur une base régulière. Sans oublier les odeurs d’alcool, de cannabis, de produits chimiques… qui peuvent aussi vous alarmer..

Hygiène négligée

Votre jeune refuse ou néglige de prendre soin de sa personne causant mauvaise haleine, mauvaise odeur corporelle, cheveux sales…

Les attitudes et comportements liés à un problème de consommation

Bien que nous banalisions certains comportements en raison de ladite « crise d’adolescence », il faut comprendre que la consommation de substances peut engendrer des problèmes de comportements plus inquiétants.

Abandon d’activités sociales habituelles

Votre jeune s’isole, ou passe une majorité de son temps auprès d’un nouveau cercle d’ami.e.s qu’iel refuse de vous présenter? Vous remarquez aussi qu’il y a une perte d’intérêt inexpliqué, un isolement important, un intérêt plus marqué pour les activités nocturnes ? Tout cela peut être des signes liés à un problème de consommation.

Notes scolaires en chute libre

Ici, il faut surtout observer une détérioration significative des notes scolaires et aucune motivation à remonter cette pente.

Humeur instable persistante

Notamment, les sauts d’humeur excessifs et imprévisibles tels que l’excès de colère ou d’irritabilité sont non négligeables.

Changements importants au niveau de la personnalité

Les changements doivent au minimum apparaître inhabituels. Voici quelques exemples : très cachotier, anxiété, paranoïa, repli sur soi, irritabilité, agitation, mensonges…


L’adolescence est la période durant laquelle votre enfant sera exposé à de nouvelles expériences. La consommation d’alcool, de drogue ou de jeu ne fait pas exception.

Vous observez un ou plusieurs signes chez votre jeune ?

Il n’existe malheureusement pas de recette miracle pour déceler si votre adolescent a un problème de consommation. Si vous êtes inquiets, prenez le temps d’observer s’il y a plusieurs indicateurs ou bien s’il y a un autre contexte qui pourrait davantage expliquer certaines des difficultés nommées. 

Que ce soit un seul ou plusieurs indicateurs, il n’est pas systématiquement synonyme de problème de consommation. Les signes sont surtout des alliés et des indices qui peuvent vous pister quant à un possible problème de consommation. Ainsi, permettez-vous d’explorer la situation et d’aller chercher l’aide au besoin, vous n’êtes pas seuls. 

Quelques conseils et ressources

Rappelez-vous, autant l’interdit que les non-dits ne sont pas les meilleures routes à prendre.

 En laissant un espace de dialogue sécuritaire, vous augmentez les chances que votre enfant vous parle. 

Par le fait même, retenez que votre jeune a besoin d’enseignement autant sur ses choix et ses responsabilités que sur les conséquences qui en découlent. 

Donc, il faut effectivement mettre des limites, sans toutefois tomber dans la tolérance zéro ou dans le découragement. Puis, montrez-lui que vous lui faites confiance. S’il commet une erreur, plutôt que de le réprimander, aidez-le à trouver des solutions pour éviter qu’il commette à nouveau la même erreur. Ainsi, vous lui montrez qu’il a le droit à l’erreur et, surtout, qu’il peut compter sur vous en cas de difficultés.

Pour avoir davantage de conseils, plusieurs ressources existent pouvant vous accompagner et vous outiller dont :

Votre Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ou votre Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS)
ligneparents.com/1 800 361-5085
entraideparents.com/418 684-0050
Drogue : aide et référence : 1 800 265-2626

 

Références

Gouvernement du Québec. (2018, mai). Fiche thématique sur la consommation de substances chez les adolescents. CIUSSS Capitale-nationale.
Gouvernement du Québec, 2022, Consommation d’alcool ou d’autres drogues ou pratique des jeux de hasard et d’argent : intervenir auprès de votre adolescent
Le médecin du Québec, 2007, La consommation de drogue par les adolescents : l’approche au cours de la consultation médicale
LigneParents, 2022, Adolescence : Alcool et autres drogues.