Où souhaitez-vous
partager cette page?

Nouvel article

Comment faciliter la demande d'aide chez les jeunes hommes?

Guider son jeune vers les bonnes ressources

Arrière-plan

14 février 2022 Intervention et animation jeunesse

Parents

Par Cindy Grattepain

Agente de communication

L’adolescence est une période charnière. L’enfant, qui devient adulte, forge son identité et a soif de liberté. Sa vie privée devient cruciale et doit être respectée. Il n’est donc pas rare de constater qu’une distance se crée dans la relation parent-enfant.

Toutefois, il devient parfois plus difficile de faire la différence entre le mal être propre à l’adolescence d’un trouble de santé mentale qui nécessiterait une prise en charge.

Ainsi, les parents doivent rester vigilants et observer leurs jeunes de loin pour les accompagner au mieux. Il existe plusieurs signes qui montrent qu’un adolescent ne va pas bien. Parfois, ces signes sont visibles, d’autres fois, ils le sont moins. Pour savoir comment faire la différence entre ce qui est normal à l’adolescence de ce qui ne l’est pas, consultez notre article « Je m’inquiète pour mon ado, quoi faire ? ». Si vos doutes se confirment, comment pouvez-vous maintenant guider votre jeune vers les bonnes ressources?

Les résistances des adolescents face à l’aide

Il est premièrement important de savoir que le regard des autres compte beaucoup pour les adolescents qui sont encore en quête d’eux-mêmes. Ils peuvent donc avoir une peur atroce du jugement des autres. Ainsi, ils préfèrent régler leur problème tout seul. Toutefois, l’adolescent a besoin de ressources pour s’aider à se développer en toute sérénité. En tant que parent, il est donc important de laisser savoir à son enfant qu’il n’est pas seul.


Il est important de nommer à son jeune que de demander de l’aide n’est pas négatif.

3 stratégies à adopter pour encourager son ado à demander de l’aide

1. Garder et adapter le contact avec son adolescent

Malgré son besoin de liberté, il est important de rester à l’écoute de son jeune dans le but de renforcer les rapports sains et de réduire les comportements risqués. Les adolescents peuvent avoir peur d’être jugés lorsqu’ils se confient. Ils ont peur de commettre une erreur qui pourrait les mettre dans le pétrin ou entraîner leur rejet. Il est donc important de rester ouvert d’esprit afin d’éviter les jugements et ainsi miser sur le lien de confiance. 

Il vaut donc mieux établir un contact positif, respectueux avec des attentes réalistes afin que le jeune puisse de sentir en sécurité. Ainsi, il sera plus propice à se dévoiler.

2. Le référer vers des organismes spécialisés

Les adolescents préfèrent parfois se confier à une personne de l’extérieur de sa famille. Toutefois, ils ne connaissent pas toujours les ressources qui existent pour leur venir en aide. Parfois, ils ne savent pas comment s’y prendre, quoi dire, quoi faire, à qui et comment. C’est dans ces moments-là que le parent peut commencer des démarches en effectuant quelques recherches afin de trouver la ressource adaptée à son besoin. Ensuite, il est conseillé de poursuivre la démarche avec lui afin qu’il se sente davantage en confiance et impliqué.

Les organismes communautaires sont présents pour vous informer, vous outiller et vous aider dans vos démarches avec votre jeune. Les intervenants sont des personnes qualifiées et la majorité des services sont gratuits. Dans certaines situations, l’approche informelle proposée par ces organismes convient tout à fait aux résistances des adolescents.

Il existe des sites internet qui regroupent plusieurs organismes en fonction de différentes catégories de besoins et de services. Notamment, le site astumonnumero.com qui met de l’avant toutes les ressources jeunesse de Laval. Vous pourrez trouver des ressources sous différentes thématiques comme : santé mentale, école et bénévolat, dépendances, sexualité et plein d’autres encore.

3. Démystifier la démarche en véhiculant des messages positifs

Il est important de nommer à son jeune que de demander de l’aide n’est pas négatif. Bien au contraire, il faut du courage pour demander de l’aide. Cette démarche permet de gagner confiance en soi et de trouver des réponses à ses questions. De plus, des professionnels pourront l’aider sans le juger et lui feront découvrir de nouvelles forces qu’il a au fond de lui. Il en ressortira grandi et mieux outillé pour affronter ces prochains défis.

L’aider à penser par lui-même sans jugement

À l’adolescence, le parent doit davantage accompagner son jeune, plutôt que de faire les choses à sa place. En effet, son avis a de l’importance et lui permet de développer ses capacités de raisonnement. Même si les questions peuvent vous paraître farfelues, aidez-le, sans jugement, à aller jusqu’au bout de son raisonnement sans essayer d’influencer son discours. Si celui-ci n’ose pas demander de l’aide, faites-le pour lui en lui tendant la main. Il se sentira en confiance et grâce à cela il sera plus apte à vaincre ses peurs liées à la demande d’aide.

 

Références

CAMH, Ce que les parents doivent savoir sur leurs adolescents : FAITS, MYTHES ET STRATÉGIES
Tel-jeunes