Où souhaitez-vous
partager cette page?

Vapotage du cannabis chez les jeunes

Arrière-plan

19 novembre 2022 Dépendances

Parents

Par Francis Zola Nzakimuena

Agent de planification, de programmation et de recherche

On parle de plus en plus de vapotage de cannabis chez les jeunes dans les médias. Différents spécialistes tirent la sonnette d’alarme sur ce comportement qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Qu’est-ce que le vapotage? 

Le vapotage c’est quand l’on inhale et expire un aérosol produit par un dispositif appelé cigarette électronique (e-cigarette, vapoteuse, vaporette ou vaporisateur personnel). Puisque ce processus n’implique pas de combustion, le vapotage est une option moins dangereuse pour les fumeurs avérés. Toutefois, le vapotage comporte également des risques pour les poumons, le cerveau et d’autres organes. Le vapotage ne devrait donc pas être recommandé ni pour les jeunes ni pour les personnes qui n’ont jamais fumé.

Le vapotage en hausse au Canada chez les jeunes

Actuellement au Canada, le vapotage connait une hausse importante chez les jeunes. De plus, le cannabis, la drogue la plus consommée au pays, est désormais disponible sous la forme de produits de vapotage consommés par au moins par 30% des jeunes qui vapotent. 

Au Québec en 2022, c’est 70% des consommateurs âgés de 15 à 17 ans qui vapotent du cannabis.

 Ce pourcentage était de seulement 25% en 2019 puis de 44% en 2021. Ces produits sont principalement disponibles sur le marché illégal. De plus, des cas d’intoxication ont été enregistrés aux urgences à Laval ainsi que des appels faits par les Lavallois au centre antipoison du Québec pour des suspicions d’intoxication.

Qu’est-ce qui rend le vapotage attrayant pour les jeunes?

L’attrait pour ces produits est principalement dû à 2 fausses perceptions :

  1. L’aspect moins nocif du cannabis par rapport aux autres drogues ;
  2. Le faible risque du vapotage par rapport au fait de fumer. 

À côté de cela, le design de ces produits, les techniques de marketing utilisées et le contexte de légalisation du cannabis augmentent aussi le recours à ces produits par les jeunes.

Les Dab pens ou Wax pens et les vaporisateurs de cannabis 

Ces appareils chauffent une substance qui produit l’aérosol qui atteint la circulation sanguine via le système respiratoire. Ces substances peuvent contenir des concentrés de cannabis seuls ou en association avec la nicotine, le cannabis synthétique, le LSD …

Les risques associés à ces substances

Les produits de vapotage du cannabis exposent les jeunes à des risques liés aux substances consommées et à l’appareil lui-même. Le Tétra-hydro cannabinol (THC) est souvent très fortement concentré et peut provoquer des problèmes mentaux et physiques aigus tels que la paranoïa, la psychose, la nausée, des douleurs abdominales, des vomissements et une perte de poids. 

Les aromatisants et autres produits hautement transformés qu’on y trouve peuvent être nocifs et cancérigènes. Lorsqu’il est consommé de manière régulière sous diverses formes, le THC contenu dans le cannabis peut s’accumuler dans l’organisme et provoquer sur le long terme, des problèmes dans l’apprentissage et la prise de décision, la survenue d’infarctus du myocarde à un âge précoce, la schizophrénie, la dépendance et divers autres problèmes de santé. 


Plus le début de la consommation arrive tôt dans la vie, plus les effets à long terme seront importants et persistants. 

L’appareil, quant à lui, expose la personne à des blessures à la suite d’un mauvais fonctionnement ou d’une explosion, de même qu’à des empoisonnements accidentels chez les jeunes enfants qui peuvent les confondre avec des bonbons ou des jouets.

Qu’est-ce qui pousse les jeunes à consommer?

L’usage du cannabis, de l’alcool ou d’autres drogues par les jeunes est lié à de nombreux facteurs personnels, familiaux et environnementaux. À cause de ses caractéristiques développementales propres, le jeune va très souvent initier ce genre de pratique par curiosité, à la suite de l’influence ou de la pression de son entourage. 

L’évolution du comportement au fil du temps et ses conséquences vont elles aussi dépendre de plusieurs facteurs. Souvent, le jeune a moins d’information sur les risques auxquels il s’expose. De plus, à son stade de développement, il lui est difficile d’anticiper les retombées à long terme des actions posées. Il est également souvent épris d’un sentiment d’invulnérabilité qui peut expliquer sa prise de risques. 

Quoi faire si l’on est inquiet de la consommation d’un jeune?

En tant que parent ou adulte significatif, le dialogue avec le jeune est très important. Un dialogue non jugeant et non dramatisant qui recourt à des informations vraies, vérifiables et adaptées à son âge. Il importe également que le jeune développe des atouts qui l’aideront à faire face à des situations potentiellement stressantes, tels que : 

  • la connaissance de soi, 
  • l’adoption de comportements visant son bien-être et celui des autres, 
  • l’engagement social
  • la capacité de faire des choix éclairés en matière d’habitudes de vie, 
  • la capacité de demander de l’aide, 
  • la capacité de gérer ses émotions, son stress, et les influences sociales. 

Pour favoriser ces atouts, le jeune doit recevoir de l’information, de la formation, de l’écoute, de la considération, de la valorisation, et des activités de loisir qui l’aideront à se sentir bien dans sa tête et dans sa peau.

Les ressources disponibles

Diverses ressources institutionnelles et communautaires d’aide existent pour le jeune et son entourage. En cas de préoccupation sur le bien-être du jeune et ses habitudes de consommation, il suffit par exemple de se rendre sur le site Trouve ta ressource pour avoir les informations nécessaires.

Pour en savoir davantage sur la consommation et les dépendances, lisez nos autres publications.


Références 

Gouvernement du Canada, Enquête canadienne sur l’alcool et les drogues
Gouvernement du Canada, Tabagisme, vapotage et tabac
Paediatrics & Child Health, Cannabis vaping: Understanding the health risks of rapidly emerging trend
Institut national de santé publique du Québec, Effets sur la santé de la consommation quotidienne ou quasi quotidienne à long terme de cannabis
Institut de la statistique du Québec, La consommation de cannabis et les perceptions des Québécois
Gouvernement du Québec, Loi encadrant le cannabis
Institut national de santé publique du Québec, L’usage de substances psychoactives chez les jeunes québécois
ÉKIP, Santé, bien-être et réussite éducative des jeunes
Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Guide à l’intention du milieu scolaire et de ses partenaires pour la réussite éducative, la santé et le bien-être des jeunes
MSSS, Système d'information de gestion des départements d'urgence. Données extraites à partir de l’Infocentre de l’INSPQ (Compilation faite en avril 2022 par l’équipe surveillance de la direction de santé publique du CISSS de Laval)
Centre antipoison du Québec (CAPQ), Fichier TOXIQUE; MSSS, Estimations et projections démographiques, produit électronique (1996-2036: version mars 2015) selon la table de correspondance des territoires 2014-2015 de la version du M34-2014. (Compilation faite en juillet 2022 par l’équipe surveillance de la direction de santé publique du CISSS de Laval)