Où souhaitez-vous
partager cette page?

Trucs et astuces pour contrer l'anxiété de performance

Arrière-plan

15 février 2021 École, emploi et bénévolat

Parents

Par Geneviève Gauthier

Travailleuse sociale

Dans l’article l’anxiété de performance chez les adolescents nous avons expliqué ce qu’était l’anxiété de performance. Comme parent, il est toujours intéressant d’avoir accès à des trucs concrets pour aider son enfant.

Toutefois, veuillez garder en tête que chaque enfant est différent. Les trucs offerts peuvent être adaptés selon votre enfant et ses besoins personnels. Toutes les astuces écrites plus bas peuvent être appliquées. Il n’est pas nécessaire d’avoir un diagnostic pour les utiliser. Choisissez seulement les moyens qui vous semblent intéressants.

Si vous soupçonnez que votre enfant souffre d’anxiété de performance, on vous conseille de consulter un spécialiste de la santé. Vous pouvez aussi vous adresser à l’intervenant de votre enfant. De plus, avec un diagnostic (même si ce n’est pas obligatoire), il vous sera plus facile d’aider votre enfant.


Si l’anxiété de performance de votre jeune le rend peu ou non fonctionnel, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé.

Diminuer le niveau de difficulté

Donner des tâches en-dessous du niveau qu’il est en mesure de réussir. Ainsi, il vivra des réussites et on augmente son niveau de confiance. Ensuite, augmenter graduellement le niveau de difficulté vers un léger défi. Assurez-vous que le niveau de difficulté est adapté à ses capacités. Ceci donnera confiance à votre enfant et il verra qu’il est capable de réussir.

Soyez compréhensifs face aux besoins de votre enfant.

Mettez l’accent sur ses efforts plutôt que sur le résultat. Par exemple, nommez-lui :

  • que vous savez que ce n’est pas facile
  • que vous le trouvez bon d’essayer

Votre enfant peut avoir besoin de se le faire rappeler. En effet, il est possible qu’il croie que vous serez déçu de lui s’il échoue. Une note en deçà de ses espérances pourrait aussi nécessiter votre support moral.

Éviter de lui mettre de la pression en le comparant avec les autres ou avec lui-même.

Ceci ne fera qu’alimenter son anxiété et ne l’aidera pas. Par exemple :

  • « Tu étais capable de le faire la semaine passée. » 
  • « Pourtant ton frère est en 2e année et il est capable de retenir l’information. »

Peur du changement

S’il a peur d’un changement à venir, prenez le temps de lui expliquer ce qui se passera. En le sachant d’avance, ceci évitera qu’il se fasse des scénarios. Par exemple, vous pouvez :

  • Lui expliquer comment se déroule un examen
  • L’amener visiter sa nouvelle école secondaire
  • Regarder les scénarios possibles d’une situation. Ensuite, voir les probabilités réelles que cela se produise. Ce processus pourrait dédramatiser sa pensée.

Jeune ayant un trouble développemental du langage

Pour un jeune ayant un trouble développemental du langage, il est parfois plus facile de lui faire vivre la situation. Par exemple, rendre une situation concrète peut l’aider à gérer son anxiété. Pourquoi ne pas faire comme s’il était en classe pour qu’il se pratique à remplir son examen.

  • Ne pas éviter les situations qui font peur à votre enfant. Plus il les évitera, plus celles-ci deviendront angoissantes pour lui. Il doit plutôt apprendre à y faire face de façon douce et graduelle.
  • Éviter de dramatiser la situation, mais éviter également de la minimiser. Ce que votre enfant ressent est réel. Vous devez démontrer que vous le prenez au sérieux. Ne banaliser pas ses émotions.
  • Le sécuriser par des routines, il saura à quoi s’attendre.
  • Faire des exercices de relaxation et de respiration
  • À l’école, mettre un plan d’intervention pour diminuer le niveau d’exigence qu’on demande au jeune. Assurez-vous de mettre en place des objectifs qui soient dans ses capacités.

 

Références

Allofprof parents, Qu’est-ce que l’anxiété de performance?
Association Dysphasie +, L’élève ayant un trouble développemental du langage (dysphasie) [document inédit]
Naitre et grandir, L’anxiété chez l’enfant