Où souhaitez-vous
partager cette page?

Reconnaître les signes de l’intimidation

Arrière-plan

4 novembre 2020 Relation aux pairs

Parents

Par Sophie Ménard

Intervenante

Au cours du passage de l’enfance à l’adolescence, il n’est pas rare d’être confronté aux différents profils de l’intimidation : celui de la victime, du témoin et de l’intimidateur. Peu importe le profil ou le rôle joué, il est parfois difficile pour un adolescent de se confier à un adulte. Pourtant, la clé de la prévention est précisément l’intervention de l’adulte. 

Les parents et les intervenants doivent donc apprendre à déceler les signes que les jeunes expriment au quotidien. Puisqu’elle affecte les émotions, l’estime de soi et le sentiment de sécurité, l’intimidation est néfaste sur le développement et ses conséquences perdurent souvent dans le temps. Par conséquent, si votre enfant vous fait part d’un problème qui s’apparente à de l’intimidation, mieux vaut agir rapidement. 

Les différentes formes d’intimidation 

  • Physique : frapper, pousser, contraindre, faire tomber une personne ou se servir autrement de sa force physique pour la harceler. 
  • Psychologique ou émotionnelle :  agresser verbalement, faire des remarques blessantes, insulter ou taquiner une personne pour la harceler. 
  • Sociale : exclure ou aliéner une personne d’un groupe, répandre des rumeurs à son sujet ou l’ignorer. 
  • Discriminatoire : harceler une personne à cause de son orientation sexuelle, de son origine ethnique, de son identité sexuelle, de son appartenance religieuse ou de n’importe quelle autre caractéristique la rendant « différente ». 
  • Cyberintimidation : harceler une personne par le biais des médias sociaux, des textos, des courriels, des sites Web et d’autres outils numériques. 


Si vous soupçonnez que votre ado est victime d’intimidation, la première chose à faire est d’essayer d’en savoir plus, sans trop insister.

Reconnaître les signes d’intimidation 

Il est possible que votre ado vive de l’intimidation s’il : 

  • fait souvent des commentaires négatifs sur sa personne; 
  • dort mal, fait des cauchemars; 
  • son intérêt et sa motivation pour l’école baissent, ses notes chutent; 
  • ne veut plus aller à l’école, dit souvent qu’il ne se sent pas bien (maux de tête, de ventre, etc.); 
  • semble anxieux et méfiant, surtout au retour de l’école et après avoir consulté son ordinateur ou son téléphone; 
  • se replie sur lui-même, devient plus secret et s’isole; 
  • ne veut pas parler de ce qu’il fait à l’école ou de ses pairs ou de ses activités en ligne; 
  • n’est pas enthousiaste à l’idée de participer à des activités de groupe ou scolaires; 
  • fait des détours pour ne pas prendre le chemin habituel, veut arriver très tôt ou très tard à l’école; 
  • revient à la maison avec des blessures, vêtements sales ou déchirés, des biens brisés; 
  • dit perdre (ou se faire voler) des objets personnels, a besoin d’argent; 
  • semble malheureux, irritable ou en détresse. 

Comment s’y prendre pour aborder le sujet? 

Si vous soupçonnez que votre ado est victime d’intimidation, la première chose à faire est d’essayer d’en savoir plus, sans trop insister. Posez des questions et restez calme et attentif. Laissez- le s’exprimer sans l’interrompre. 

Discutez de vos préoccupations par rapport à l’intimidation. Par exemple vous pouvez lui demander: 

  • Comment ça se passe à l’école? 
  • Beaucoup d’écoles ont des intimidateurs. As-tu déjà été témoin d’intimidation à l’école? 
  • As-tu déjà subi des gestes d’intimidation? Combien de fois? 
  • Sais-tu comment faire pour dénoncer une situation d’intimidation à l’école? 
  • Ne le jugez pas. S’il dévoile ses expériences, ne lui dites pas ce qu’il aurait dû faire ou non. 
  • Mentionnez-lui que vous êtes prêt à l’aider et que vous le ferez. 

Votre jeune vit de l’intimidation, voici un article pour savoir comment Aider son jeune victime d’intimidation


Références 

Ministère de la famille, Intimidation
Éducaloi
Naître et grandir
PREVnet
Bien-être@l'école